Patrice Clos : « Une confiance renouvelée et manifestée »


Le 27 novembre 2012


Largement réélu le jeudi 15 novembre par l’ensemble des délégués au poste de secrétaire général, Patrice Clos tire un premier bilan du 22ème congrès de la fédération des transports et de la logistique FO-UNCP, réuni à Saint-Malo.

S’il était l’unique candidat à sa succession, celui qui remplaça au pied levé le regretté Gérard Martinez en février 2011, a été ce jour conforté dans une mission qu’il avait acceptée dans l’urgence et avec modestie, considérant les circonstances douloureuses de sa nomination. Cette élection (plus qu’une réélection) est marquée par le sceau d’une double légitimité. Premièrement, les statuts ont inauguré l’élection directe du secrétaire général par l’ensemble des délégués du congrès en remplacement du système des grands électeurs, un bain de suffrage universel sans doute nécessaire.

                Patrice-Clos-Une confiance renouvelée et manifestée
Patrice Clos réélu secrétaire général de la fédération des transports et de la logistique avec une très confortable majorité

« Non seulement ce mode de scrutin confère une légitimité plus forte pour celui qui devra conduire les destinées de la fédération, considère Patrice Clos. Mais il permet aux délégués ne disposant que d’une seule voix de participer pleinement et concrètement à ce moment fort de la démocratie, dans le déroulement du congrès ».

Deuxièmement, le nombre de syndicat ayant défilé sur le podium (58 au total) pour proposer la candidature de Patrice Clos a surpris tout le monde, à commencer par l’intéressé lui-même qui fut touché et ému par cette démonstration massive de la confiance des syndicats. Du jamais vu… Patrice Clos réalise d’autant mieux le poids de la responsabilité pesant désormais sur ses épaules, pour assumer cette tâche lourde et difficile de secrétaire général. Notons qu’il est, avec le trésorier Stéphane Lagedamon, le seul permanent détaché à plein temps pour veillez à l’organisation de l’ensemble de la fédération nationale. Les exigences de la fonction expliquent peut-être la rareté des ambitions pour un tel poste.

La douloureuse réforme des statuts
En revanche, ils ne manquaient pas de candidats pour toutes les autres instances fédérales et les commissions électives. « L’abondance de candidats est une bonne chose, se félicite Patrice Clos. C’est un signe du dynamisme de la fédération et d’un réel désir de s’impliquer de la part des camarades. » Il se réjouit aussi des nouveaux entrant au bureau exécutif. Notamment José Angulo (transports urbains), Yoann Rolland (routiers voyageurs), Olivier Baire (coursiers et transports légers) et Patricia Lasalmonie (RAPT). Cette équipe rassemble autour du secrétaire général des caractères différents et complémentaires qui travailleront dans un climat serein et fraternel, cela Patrice Clos n’en doute pas…

L’autre fait marquant du congrès est le vote de la réforme des statuts qui parachève la réunification de la fédération FO des transports avec l’UNCP. La fusion ne s’est pas réalisée sans résistance de la part de militants toujours attachés à l’UNCP, qui manifestaient leur nostalgie par 132 voix contre le vote des nouveaux statuts sur les 354 scrutins exprimés.

« Cette réforme était nécessaire, explique Patrice Clos, autant pour des raisons de trésorerie que pour se conformer aux territoires définis par la Confédération. L’Union Nationale des Chauffeurs Professionnels encartait des chauffeurs relevant de flottes de poids lourds intégrées dans certaines industries, notamment la chimie et le BTP. Ils relèvent d’autres conventions collectives et d’autres fédérations FO. » Ajoutons encore les effets pervers de la loi d’août 2008, utilisée pour diluer la représentativité des grandes centrales en jouant aussi sur les sigles et appellations multiples qui « nous obligent à parler FO première langue » comme l’a rappelé Jean-Claude Mailly.
Les politiques en France ne sont plus des interlocuteurs crédibles
Le secrétaire général et sa nouvelle équipe devront dès demain s’attaquer aux dossiers brûlants, comme La spirale aux rabais dans les appels d’offres des transports urbains. La cause est à chercher dans les restrictions budgétaires des collectivités territoriales et la conséquence se retrouve aussitôt sur les salaires et les conditions de travail des chauffeurs. A Lyon KEOLIS a dénoncé les accords sociaux pour conserver le marché, cite Patrice Clos. Ailleurs, on voit des routiers voyageurs faire les lignes de nuit du transport urbain. »

Concernant le transport marchandises, la revalorisation des salaires reste le point crucial. Aujourd’hui le salaire horaire plafonne à 9,58 euros et quatre coefficients de la grille de rémunération sont en dessous du SMIC horaire. Cette pression salariale est renforcée par le cabotage, toléré ou sauvage, que les instances européennes encouragent au nom de l’idéologie libérale. « Sur un plan politique notre première cible est Bruxelles, déclare Patrice Clos. Combattre le cabotage du transport marchandises ou protéger les camarades de la RATP attaqués sur leur statut de salariés d’EPIC, c’est se mobiliser contre les mauvais coups de l’Europe. Pour nous, les politiques en France ne sont plus des interlocuteurs crédibles tant qu’ils n’auront pas repris la main sur les technocrates de Bruxelles. »

A l’échelon national, comme dans chaque entreprise, les responsables syndicaux ne sont plus dupes des complots entre ces technocrates et le patronat, mijotés à Bruxelles pour être aussitôt répercutés quand ils ne sont pas anticipés.
Faire le lien entre l’expertise et l’action syndicale concrète
Les élus FO connaissent les objectifs inavoués, les méthodes et les pratiques courantes, appliquées de manière systématique, par les employeurs et peuvent facilement décrire et anticiper les processus de liquidation de l’emploi et des acquis sociaux. En dehors du conflit social, l’autre moyen des élus reste la loi républicaine. « A cet égard, il ne faut pas craindre de faire confiance aux experts (juristes, psychologues, auditeur comptables, etc…), souligne Patrice Clos. Soyons décomplexés par rapport à des compétences qui ne sont pas les nôtres, par rapport à un langage qui n’est pas le nôtre, et ne craignons pas d’exiger des explications et de la pédagogie auprès de ces experts. En cas de blocage, il ne faut pas hésiter à passer par la fédération. »

Reste aux élus, délégués syndicaux, délégués du personnel, secrétaire des CE et CHSCT de s’emparer des outils légaux et des procédures existantes pour s’en servir systématiquement et astucieusement en situation de conflit ou de négociation. Patrice Clos reconnaît que les liens concrets et opérationnels entre l’expertise et la négociation ou l’action dans les entreprises méritent encore d’être renforcés pour maximiser l’efficacité de ces outils. Des formations de ces élus, orientées sur cette problématique particulière, font partie des pistes de réflexions à mener prochainement par le bureau exécutif de la fédération des transports et de la logistique FO-UNCP.


Cabinet JANVIER & ASSOCIES












expert comptable CE

À la Une

> Plaquette - Nos Services