INTERVIEW - Salim Ghelab, élu CE de Sterigenics

  27 Janvier 2014



    Interview de Salim Ghelab, salarié chez Sterigenics depuis 11 ans, élu du comité d’entreprise et délégué syndical FO depuis 2010. La mission de droit d’alerte et d’étude du PSE est confiée au cabinet comptable Janvier & Associés.

Janvier & Associés : Bonjour Mr Ghelab. Est-ce la première fois que vous faites appel à l’expertise d’un cabinet comptable dans le cadre de votre position en tant qu’élu du CE et délégué syndical ?
Salim Ghelab. : Non, à vrai dire la première démarche que nous avons engagée était une analyse des comptes de l’entreprise par un premier cabinet. Mais nous en avons été moyennement satisfaits au final. On s’est rapproché de Janvier & Associés mi-décembre 2013 concernant la revalorisation des coefficients qui ne s’est finalement pas fait, et nous avons enfin déclenché un droit d’alerte.

J&A : Comment avez-vous entendu parler de notre cabinet ?
S.G. : Un camarade syndiqué qui avait fait appel à Janvier & Associés par le passé me l’a recommandé. On essaye le plus possible de s’échanger des informations, des conseils, de partager des ressources utiles.

J&A : En quoi était-ce important de déclencher le droit d’alerte ?
S.G. : Nous avions des soupçons, on observait des choses, on avait besoin de confirmer nos doutes et d’anticiper. On a vite compris que ce droit d’alerte était fondé. C’est lors de la réunion sur ce droit d’alerte que le PSE nous a été annoncé.

J&A : Comment se passait la communication autour de ce PSE de la part de la direction ?
S.G. : Les choses n’étaient pas claires et les raisons bien évidemment douteuses. Il faut noter que Sterigenics a été acquis par GTCR, un fond d’investissement privé. Ça change beaucoup de choses pour les employées que la direction soit principalement des financiers plutôt que des industriels. C’est dangereux car les décisions prises ne prennent pas en compte les employés.

J&A : Où en est l’analyse du PSE actuellement ?
S.G. : Pour le moment nous en sommes à la deuxième réunion avec le CE sur les mesures envisagées. L’expert-comptable en charge de notre dossier fait cette présentation. C’est très important pour nous qu’il y ait un accompagnement aux réunions, que chacun puisse entendre les informations et comprendre les outils concrets dont on dispose. Maintenant nous savons que l’on peut aller devant un tribunal administratif et éventuellement aux prudhommes après.

J&A : Y’a-t-il un manque d’information au niveau des employés ?
S.G. : Absolument, les salariés qui ne font pas partie d’un CE ou qui ne sont pas syndiqués et ne se penchent pas sur ces questions, n’ont aucune idée de ce qu’il se passe, des implications de certaines décisions et des droits dont nous disposons, comme celui de faire analyser les comptes d’une société, lancer un droit d’alerte, faire une étude sur un PSE et être accompagné par un expert durant toutes ces démarches. C’est la mission du délégué syndical de faire avancer les choses, de communiquer autour de ces questions et de défendre les avancées sociales et l’emploi. Il s’agirait encore que tous les délégués syndicaux prennent leurs responsabilités.

J&A : Est-ce que l’accompagnement dont vous avez bénéficié par le cabinet Janvier & Associés répond à vos attentes ?
S.G. : Oui, ce qu’on retient surtout c’est la disponibilité et l’écoute des experts. Avoir quelqu’un qui répond à nos questions rapidement et nous donne les moyens d’agir, c’est primordial. Faire appel à un cabinet qui est habitué aux comités d’entreprises et comprend notre perspective et se bat à nos côtés est très appréciable. Il faut rappeler que l’aide des syndicaux et des experts est une force pour les salariés qui peuvent se battre à armes égales, avec un accès à une information claire, juste et confirmée, différente de l’information opaque que nous donne la direction.

J&A : Merci pour vos réponses, Mr Ghelab.
S.G. : Avec plaisir.

Cabinet JANVIER & ASSOCIES









expert comptable CE

À la Une

> Plaquette - Nos Services