Bruno Lefebvre : «Un permis professionnel au plus vite. »


Le 28 novembre 2012


Secrétaire général adjoint de la fédération du transport et de la logistique FO-UNCP, Bruno Lefebvre s’est exprimé à Saint-Malo sur la situation du transport marchandises.

Bruno Lefebvre a livré un point très complet sur l’un des principaux secteurs d’activités couvert par la Fédération, en revenant sur les états généraux de 2010, la revalorisation des salaires, la prévoyance et la mutuelle conventionnelle applicable au 1er janvier 2013, ainsi que sur les accords visant la formation professionnelle et le congés de fin d’activité. La fédération a refusé de signer ces deux derniers accords.

          Bruno-Lefebre-Un-permis-professionnel-au-plus-vite
Bruno Lefebvre, secrétaire général adjoint de la fédération des transports, est en première ligne sur deux combats, l’instauration du permis professionnel et l’éradication du cabotage

Bruno Lefebvre s’est expliqué en détail sur la question de la reconnaissance par les pouvoirs publics d’un permis professionnel, où « second permis à points », exclusivement dédié à l’usage des professionnels de la route. Il s’agit là d’une revendication que la fédération n’a de cesse de remettre sur l’ouvrage et ne manque jamais une occasion de la rappeler…

« Il est anormal que le retrait de points décidé pour la conduite privée des chauffeurs pénalise leur conduite professionnelle, plaide Bruno Lefebvre. Le permis de conduire est un outil de travail, plus exposé du fait du kilométrage forcément supérieur aux autres usagers. Un non professionnel descendu à zéro points ne perd que son permis, pour nos métiers, perdre son permis revient à perdre de son gagne-pain, cela équivaut à une double peine… »

Concernant ce permis professionnel, Bruno Lefebvre est disposé à aborder toutes les pistes, dès lors que le gouvernement daignera engager une réflexion sincère sur cette question. Le principe de base restant la création de deux permis distincts et cloisonnés entre eux quant à la gestion du capital-points de chaque permis. « Il est possible de s’inspirer des solutions de nos voisins, souligne Bruno Lefebvre. Comme en Italie où le permis professionnel autorise un système de bonus pour les conducteurs professionnels sans infractions depuis un certain temps. »

La mobilisation des camarades a fait plier Bruxelles
Il n’est pas non plus indispensable de matérialiser ce second permis, le tachygraphe des véhicules pouvant intégrer de nombreuses informations, aussi bien l‘état du permis que les formations des chauffeurs ou le bilan des visites médicales. Une telle mesure va dans le sens de la sécurité routière et tendra à combattre la multiplication de certains professionnels (messagerie express et chauffeur de taxi notamment) qui se trouvent réduit à conduire sans permis pour assurer le maintien de leur seule source de revenu.

Concernant les problèmes du transport international, Bruno Lefebvre a évoqué le semi-remorque et les deux chauffeurs de la fédération ayant participé au convoi de protestation contre la circulaire européenne sur le temps de travail qui aurait à terme étendu l’amplitude horaires jusqu’à 86 heures par semaine pour les conducteurs indépendants.

« Grâce à la mobilisation des 150 camarades venus en délégation Bruxelles, cette directive n’a pas été ratifiée, se félicite Bruno Lefebvre. La vigilance sur ces questions ne doit pas se relâcher, elle s’inscrit dans la même optique que la nécessité d’équiper de tachygraphes les véhicules de moins de 3,5 tonnes et la lutte contre le cabotage illégal. »

En effet, il suffit de trois petits camions pour assurer en chargements les missions de cabotage d’un poids lourd international, et contourner ainsi la législation. Laisser se développer de telles pratiques aboutirait la fin de la couverture sociale du métier de chauffeur routier en France.


Cabinet JANVIER & ASSOCIES












expert comptable CE

À la Une

> Plaquette - Nos Services