Euriware (Areva): appel à la grève le 5 septembre contre un projet de cession

  3 septembre 2013




PARIS - L'intersyndicale CFDT, FO, CGT et CFE-CGC d'Euriware, filiale informatique du groupe nucléaire Areva, appelle les salariés à la grève le 5 septembre pour protester contre un projet de cession de leur entreprise, a-t-on appris lundi auprès de la CGT.

Nous n'avons toujours aucune information sur le choix du repreneur potentiel mais on pense que cela s'orienterait plus vers Cap Gemini. Un comité central d'entreprise (CCE) extraordinaire est convoqué pour le 13 septembre, a dit à l'AFP Emmanuel Bianchi, délégué CGT d'Euriware, qui compte 2.100 salariés.

Trois candidats seraient sur les rangs pour reprendre Euriware parmi les grands du secteur comme Atos, Capgemini et Steria.

Le syndicaliste explique que les syndicats ont été alertés pendant l'été qu'un rendez-vous avait été pris par la direction régionale du travail (Direccte) avec un délégué CGT de la filiale Sogeti de Capgemini pour parler des conséquence sur l'emploi liées à la reprise d'Euriware.

C'est ce qui nous a mis la puce à l'oreille, si le ministère du travail a commencé à regarder les risques sur les bassins d'emploi, ce n'est pas innocent, a-t-il ajouté.

D'après lui, l'ordre du jour du CCE porte sur la recherche d'un repreneur. Dans la foulée de ce CCE, se tiendront le comité de groupe France le 16 septembre et, le 17, un CCE chez Areva puisque juridiquement, nous sommes rattachés à cette entité, a précisé M. Bianchi.

Mi-juillet, les élus du personnel avaient décidé de déclencher un droit d'alerte. Cette procédure permet au comité central d'une entreprise d'alerter la direction sur le caractère préoccupant de sa situation économique.

cbn/jg/cj

AREVA

ATOS

CAPGEMINI

GROUPE STERIA SCA


Source: www.romandie.com










expert comptable CE

À la Une

> Plaquette - Nos Services